3 rue de l’abreuvoir Melun 77000 +33(0)175850161 candidater@planb-france.fr

TRAVAILLER PENDANT SES ÉTUDES EN FRANCE

ÉTUDIANTS Jobs, Travail

     Compléter ses revenus en travaillant lorsqu’on est étudiant est possible en France quels que soient son niveau d’études ou sa nationalité.

     Dans une entreprise ou au sein de son université, chaque étudiant a le droit de travailler. Quelques règles à connaître.

CHAQUE ÉTUDIANT A LE DROIT DE TRAVAILLER EN FRANCE

     Chaque étudiant étranger a le droit de travailler pendant ses études en France. Ce droit concerne tous les étudiants en France. S’il n’est pas ressortissant de l’Union européenne, l’étudiant doit disposer d’un titre de séjour “étudiant”.
 
     La loi française autorise les étudiants étrangers à travailler, à titre accessoire, 964 heures dans l’année, soit l’équivalent de 60 % de la durée légale du temps de travail. Il ne peut s’agir que d’un salaire d’appoint.
 
     Lorsque l’on travaille en France, étudiant ou pas, un salaire minimum légal est garanti. Il est couramment appelé le Smic (salaire minimum interprofessionnel de croissance). Il s’élève à 9,88 euros bruts par heure au 1er janvier 2018. Ce salaire est brut ; il faut en déduire les cotisations sociales obligatoires (environ 20 %) pour savoir ce que vous gagnez réellement à la fin, soit 7,61€/ heure. Si vous travaillez 10 heures par semaine au salaire minimum, vous gagnerez environ 76 euros nets.
 
     L’autorisation provisoire de travail (APT) n’est plus nécessaire pour travailler pendant ses études, sauf pour les étudiants algériens dont le statut reste défini par l’Accord franco-algérien du 27 décembre 1968.

ETRE ÉTUDIANT ET TRAVAILLER À L'UNIVERSITÉ

     En France, les étudiants étrangers peuvent aussi travailler au sein de leur établissement ou université d’accueil. Ces contrats de travail pour les étudiants durent au maximum douze mois du 1er septembre au 31 août. Accueil des étudiants à la rentrée, tutorat, animations culturelle ou sportive, accompagnement des étudiants handicapés… il s’agit généralement d’activités qui contribuent au bien-être et au vivre-ensemble au sein de l’université.
 
     Afin de permettre la réussite des études et l’insertion professionnelle des étudiants, le travail des étudiants à l’université est adapté aux horaires et au rythme des études. Toujours pour la même raison, les étudiants qui travaillent dans les universités françaises ne peuvent pas travailler plus de 670 heures entre le 1er septembre et le 30 juin et pas plus de 300 heures entre le 1er juillet et le 31 août.

FAIRE UN STAGE DANS LE CADRE DE SES ÉTUDES

     Dans le cadre de la préparation de certains diplômes, il est obligatoire d’effectuer un stage pour valider sa formation. Étudiants français et étudiants étrangers sont soumis aux mêmes règles :
 
  • le stage doit être encadré par une convention (signée entre l’établissement et la structure accueillant l’étudiant) ;
 
  • si le stage dure plus de deux mois, l’étudiant doit percevoir une indemnité de 577,50 euros par mois (1er janvier 2018).
 
     Afin de permettre la réussite des études et l’insertion professionnelle des étudiants, le travail des étudiants à l’université est adapté aux horaires et au rythme des études. Toujours pour la même raison, les étudiants qui travaillent dans les universités françaises ne peuvent pas travailler plus de 670 heures entre le 1er septembre et le 30 juin et pas plus de 300 heures entre le 1er juillet et le 31 août.

LA CONTRIBUTION VIE ÉTUDIANTE ET DE CAMPUS (CVEC)

ÉTUDIANTS CVEC

     Les étudiants admis dans un établissement d’enseignement supérieur français à la rentrée 2018 sont concernés par la Contribution Vie étudiante et de Campus (CVEC). On vous dit tout sur cette nouvelle démarche.
 
     1. C’EST L’ADMISSION DANS UN ÉTABLISSEMENT D’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR QU
La contribution Vie étudiante et de Campus concerne les étudiants, français et étrangers, qui vont suivre une formation initiale dans un établissement d’enseignement supérieur, qu’il soit public ou privé. Cela inclut : les étudiants qui vont suivre une Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles (CPGE), au titre de leur inscription à l’université ; les étudiants en double diplôme et les étudiants en apprentissage.
 
Ne sont pas concernés par la CVEC :
  • les étudiants qui vont suivre un Brevet de Technicien Supérieur (BTS), un Diplôme des Métiers d’Art (DMA) ou une formation comptable dans un lycée,
  • les étudiants inscrits en formation continue dont le coût est pris en charge par un employeur,
  • les étudiants en échange dans le cadre d’une convention entre leur établissement d’origine à l’étranger et leur établissement d’accueil en France. Ils ne sont pas inscrits administrativement en France.
 
     2. ON PEUT ÊTRE DISPENSÉ DU PAIEMENT DE LA CVEC SELON SA SITUATION
Certains étudiants n’ont pas à payer la contribution Vie Etudiante et de Campus. Il s’agit : des boursiers sur critères sociaux gérés par les CROUS (boursiers des ministères de l’enseignement supérieur, de la culture ou de l’agriculture), et des boursiers 
financés par les régions pour des formations paramédicales, sanitaires et sociales, des étudiants réfugiés, des étudiants bénéficiaires de la protection subsidiaire et des étudiants enregistrés en qualité de demandeurs d’asile.
 
Ne sont pas exonérés de la CVEC :
  • les étudiants boursiers du gouvernement français (BGF),
  • les boursiers d’un gouvernement étranger (BGE)
  • les boursiers d’une structure privée (fondation par exemple).
 
     3. LA CVEC SE PAYE EN LIGNE OU EN ESPÈCES:
  • S’inscrire d’abord sur le site messervices.etudiant.gouv.fr
  • Se connecter ensuite au site dédié cvec.etudiant.gouv.fr
  • Déclarer sa ville d’études et payer la CVEC avec sa carte bancaire
  • Télécharger une attestation de paiement, à garder précieusement pour la donner au moment de votre inscription.
  • en espèces dans un bureau de poste :
  • S’inscrire d’abord sur le site messervices.etudiant.gouv.fr
  • Se connecter ensuite au site dédié cvec.etudiant.gouv.fr
  • Télécharger un avis de paiement
  • Payer en espèces dans un bureau de poste
  • Attendre de recevoir, sous deux jours ouvrés, un e-mail avec une attestation de paiement à télécharger et à garder précieusement pour la donner au moment de votre inscription.
 
     4. MÊME DISPENSÉ DU PAIEMENT DE LA CVEC, IL FAUT SE CONNECTER AU SITE
Si vous faites partie des catégories d’étudiants qui sont dispensés du paiement de la CVEC, vous devez quand même vous inscrire sur le site  messervices.etudiant.gouv.fr et ensuite vous connecter au site dédié cvec.etudiant.gouv.fr. Vous pourrez télécharger une attestation d’exonération, à garder précieusement pour la donner au moment votre inscription.
 
     5. TOUT DOIT ÊTRE FAIT AVANT DE S’INSCRIRE ADMINISTRATIVEMENT DANS VO
Vous devez impérativement avoir reçu votre attestation de paiement ou votre attestation d’exonération avant votre inscription administrative dans votre établissement. Vous pouvez donc le faire en ligne, même avant de partir en France. Ces documents sont nécessaires pour finaliser votre inscription.
 
      6. LA CVEC COÛTE 90 EUROS
Le montant de la CVEC est de 90 euros pour l’année 2018/19. Son montant sera ré-évalué chaque année.
 
      7. LA CVEC NE SE PAYE QU’UNE SEULE FOIS PAR AN
La CVEC ne se paye qu’une seule fois par an, même si vous êtes inscrit dans plusieurs formations pour la même année universitaire.
 
      8. ON PEUT SE FAIRE REMBOURSER LE MONTANT DE LA CVEC
Vous pouvez obtenir le remboursement du montant de la CVEC si, par exemple, votre situation change en cours d’année et que vous devenez un étudiant exonéré de son  paiement. Il suffit de faire une demande de remboursement auprès du CROUS avant le 31 mai de l’année universitaire en cours.
 
      9. LA CVEC SERT À AMÉLIORER LA VIE DES ÉTUDIANTS
       La mise en place de la Contribution Vie étudiante et de Campus a été décidée en mars 2018 dans le cadre de la loi “Orientation et Réussite des étudiants”. Elle doit permettre de mieux accueillir les étudiants et de leur proposer un accompagnement social, sanitaire, culturel et sportif au cours de leurs études.
       La CVEC servira à financer des actions dont les premiers bénéficiaires seront les étudiants. Ces actions prendront différentes formes : accès aux soins, accompagnement social, pratique du sport, accès aux arts et à la culture, amélioration des conditions d’accueil.
       La Contribution Vie Etudiante et de Campus n’a pas de lien avec les formalités liées à la sécurité sociale. Ce sont deux démarches différentes.